Carnet de route

Cascades à Ceillac

Le 26/01/2013 par Jaunatre Renaud

 

Vrrr vrrr vrrr vrrr vrrr vrrr vrrr vrrr vrrr…

4h, un samedi matin, non mais franchement… et si encore c’était pour aller se dorer la pillule au soleil, non non, ce n’est que pour aller se taper des gelures aux oreilles…

Quelques heures plus tard, comme prévu, on se les caille en attendant notre tour pour grimper… Partir dans les Y à 10h, forcément ça bouchonne. Après un petit tour au fameux sombre héros, juste pour les yeux, c’est parti pour les Y. Une cordée à droite, une cordée à gauche, on ne sent bien entre quicheurs avignonnais ici ! Ils sont sympas, mais histoire de ne pas se marcher sur les crampons, on part sur la branche de droite. Bon choix: nous sommes quasiment seuls et les parties grimpantes sont un peu plus longues. Arrivés en haut on peut apercevoir les autres en haut de la branche de gauche. Il commence à faire faim alors c’est direction le bas pour casser la croûte sous sombre héros, en attends qu’il se libère. Les avignonnais débarquent d’un peu partout, ceux de la branche de gauche, ceux des formes du chaos, alors ça partage les impressions, les cakes, thés et cacahuètes… Sombre héros reste occupé mais les piolets démangent encore, j’accepte la proposition de Sylvain de faire ‘rapidement’ la branche de gauche des Y.  Et comme il fait encore jour après ce petit exercice cardio, on en profite pour se faire Easy Rider, orphelin de tout ‘cascadeur’ pour nous envoyer des glaçons. Il resterait presque un peu de temps pour aller tâter Vermicelle, mais l’appel de la bière sera plus fort !

Le repas à l’isolement au Matefaim permet de faire connaissance avec des nouveaux (ou futurs nouveaux !), d’échanger les impressions sur les activités de la journée, de réfléchir aux cordées du lendemain, et accessoirement de rendre jaloux ceux des Balladins en se régalant de joue de porc et autres glaces maisons à l’Argousier ou au Génépi…

Après une nuit toujours trop courte, on se rééquipe de nouveau, cette fois pour partir dans les formes du chaos avec Benoît. Trois cordées Avignonnaises au départ, et puis quelques cordées déjà au travail devant… C’est la troisième fois pour moi dans cette cascade, mais décidément je ne m’en lasse pas ! On a beau se croire sur une autoroute à glaçons, la grandeur, les sculptures, les relais tout confort, les passages de toute beauté, c’est vraiment un plaisir. Bon forcément, ça bouchonne un peu sur quelques relais, il y a quelques nœuds dans la corde (non, l’envie de tuer mon compagnon de cordée, ne m’a pas traversé l’esprit, ou peut être un peu à la première crampe au mollet, à moins que ce ne soit au moment de la deuxième… ), mais quand arrive cette fameuse longueur du tube, et puis le dernier raidillon qu’on ne shuntera pas au plus facile (n’est ce pas Didier ?), c’est bien tout sourire qu’on achève cette grande classique de Ceillac.

Un petit vin chaud avec le reste de la troupe, tout le monde à l’air un peu fatigué, mais content. Excellente ambiance, glace présente, pas de blessés, des anecdotes quand même…, c’est quand la prochaine ?







CLUB ALPIN FRANCAIS AVIGNON ET VAUCLUSE
3 RUE SAINT MICHEL
84000  AVIGNON
Contactez-nous
Tél. 04 90 82 66 17
Permanences :
jeudi 18h30 à 20h30
Agenda