Carnet de route

les Grandes Jorasses

Le 03/09/2013 par Didier et Thierry

Les encadrants alpinisme à l'entrainement ..;

Cette fois c'est la bonne! Après un but début août à cause de ces orages permanents cette année, nous voilà repartis pour la traversée des Grandes Jorasses. Le temps est magnifique et les conditions de neige excellentes avec le retour du froid matinal. Seul hic c'est que ce froid a aussi bien conservé la neige fraîche dans les fissures du rocher; la montée à la pointe Young a été, dirons-nous, "sportive"! Et ce n'est rien par rapport à notre (en fait ma) bourde du départ; une petite inversion de paperasse et nous voilà sans topo au départ de la course, oups ...! Thierry, avec son indécrottable optimisme, en ira d'un "c'est pas grave, c'est tout droit"! Effectivement c'est tout droit ... sur la carte!!! Du coup au refuge de Torino on demande quand même quelques renseignements à un guide italien super sympa qui nous briefe très clairement. La première journée qui consite à traverser les arêtes de Rochefort se passe à merveille; on connaissait pour l'avoir déjà faite. Du coup arrivés très tôt au bivouac Canzio et on en a profité pour aller repérer les 3 premières longueurs de l'ascension de la première pointe (il y en aura 6 à gravir - pointes Young, Marguerite, Hélène, Croz, Whymper et Walker dont les 5 dernières sont à plus de 4000m ). On a bien fait car ce n'est pas la partie la plus facile, bien au contraire (IV+). Cela nous a permis de la faire en libre (by fair means!) car en fait il y a une corde fixe à cet endroit et le lendemain à 6h du mat après une très "petite" nuit et par -10° on était bien content de la trouver cette corde!  Le lendemain donc départ à 6h pour LA grande journée. Avec notre topo maison (3 photos sur le portable de Thierry ...) et les conseils super avisés d'Enrico on s'est tapé 2 beaux passages en V+ ce qui normalement n'est pas prévu dans cette course (et oui Enrico est guidos ... et pas nous!). Bon c'est passé mais il a fallu le temps. Après la première pointe la grimpe devient bien plus facile mais c'est vraiment long avec d'inombrables manips de corde, des montées, des descentes, des rappels, du mixte, du rocher, de la neige, enfin une vraie grande course d'alpinisme. Du coup arrivés au sommet à la tombée de la nuit et étant prévenus de la longueur et de la dangerosité de la descente, on a opté pour le bivouac carrément au sommet. Extraordinaire! Bon extraordinaire car la météo a été clémente (certes froid mais surtout sans un souffle de vent et ça c'est exceptionnel à cette altitude de 4200 m). Après une nuit de bébé (enfin pour ce qui me concerne) le 3e jour donc a été consacré à la descente. On avait été prévenu qu'elle est longue, en fait elle est TREEEEEEEEEEEES LONGUE!!! Une vraie course en soi (2600 m de dénivelé négatif entre desescalade, rappels, séracs menaçants et crevasses monstrueuses - 7 heures). Je vous passe donc les détails sur l'état des 2 bonhommes au retour en vallée. Mais ca restera un très grand moment et un souvenir inoubliable, du vrai bel alpinisme.

Didier et Thierry

CLUB ALPIN FRANCAIS AVIGNON ET VAUCLUSE
3 RUE SAINT MICHEL
84000  AVIGNON
Contactez-nous
Tél. 04 90 82 66 17
Permanences :
jeudi 18h30 à 20h30
Agenda