Carnet de route

SORTIE SERRE REYNA ET CREVOUX

Sortie :  Cascade de glace du 04/03/2016

Le 23/03/2016 par CLEMENT C.

A la recherche des cascades du bout du monde ou presque...

En cette fin février, nous sommes 8 (Didier, Patrick, Benoit, Fred, Mathieu, Fanny, Magali et moi) à nous retrouver vendredi soir au sympathique Gîte des 3 Cols au hameau des Gourniers, dans la vallée de Réallon pour débuter un weekend de cascade de glace, encadré par Didier et Patrick. La soirée se passe agréablement à vider quelques verres, de bière ou de vin suivant les préférences de chacun, à discuter du programme des deux jours ainsi que de plein d’autres choses, sans oublier la préparation des sacs pour le lendemain.

L’hiver n’a pas été très froid, et peu d’informations sont disponibles sur l’état des cascades de la Serre Reyna, au fin fond de la vallée du même nom. Personne n’a même dû y monter depuis bien longtemps temps, aucune sortie renseignée sur Camptocamp depuis au moins …. 2011 ! Mais le topo semble confiant. Approche courte, 1h30 à 2h00 de marche depuis les Gourniers. Ça devrait le faire.

Samedi, levé 6h, départ à 7h. En raquette pour la plupart d’entre nous. Objectif, atteindre le pied des cascades en plus ou moins 4h00 pour 1000 m de dénivelé puisqu’aucune trace n’est faite et que la couche de neige tombée la semaine précédente est quand même bien épaisse. Le topo est confiant mais nous restons prudents ! Néanmoins cela semble jouable et cela doit nous laisser le temps de faire les quatre cascades répertoriées dans le cirque de la Serre Reina avant de revenir à la nuit tombée….

Si la sortie du village se fait bien en suivant le chemin enneigé, très vite il faut jouer à saute-cailloux pour traverser les cours d’eau. En raquettes ça passe encore, en équilibre sur chaque rocher bien aidé des bâtons. Mais pour Benoit et Fred qui tentent la montée en ski de rando, cela nécessite de déchausser, de porter puis de rechausser les skis... Une fois, deux fois, trois fois... A la fin on ne compte plus ou on ne déchausse même plus !

Arrivent les cascades de St Marcellin. Elles sont bien sèches… Malgré le froid de ce défilé qui ne prend pas le soleil de l’hiver, très peu sont réellement formées… Dans un sens ce n’est pas si grave, car ce sont des grades 5 et 6 que la plupart d’entre nous ne passerions pas en tête, surtout si la couche de glace est fine… Mais dans un autre sens, cela n’augure quand même rien de très bon pour la suite !

Le topo, lui, est toujours confiant !

Vers 9h30, après plus de deux heures de marche dans l’ombre, n’ayant quasiment fait aucun dénivelé positif mais un bon paquet de bornes à l’horizontal, nous buttons contre la face Sud de la Pointe de la Diablée. Notre trace bifurque plein Nord vers la vallée de Serre Reyna. Mine de rien, le Mourrefroid depuis les Gourniers, ça doit faire une sacrée bambée à faire à la journée en ski.

L’itinéraire monte maintenant franchement dans la pente (enfin) et nous rattrapons le soleil avec plaisir. Et il n’y a pas à dire. La conversion en raquette, c’est vachement plus facile qu’à ski de rando…  Le passage d’une passerelle une peu branlante, couverte de neige et dont on ne sait pas trop la résistance à la charge agrémente le parcours.

Nous débouchons au-dessus d’un verrou rocheux dans un grand vallon plein soleil à proximité de la cabane de la vieille Selle. « Didier : une petite pause casse-croute peut-être ? » Euh non, pas de pause, on continue à monter… Toujours pas de cascades en vue… Enfin si une belle mais de l’autre côté du torrent qui nous sépare d’elle !

A 12h30, après avoir fait à peine 650 m de D+ et déjà 4h30 de marche, le groupe s’étire … Les marcheurs de tête aperçoivent enfin les cascades au fin fond de la vallée. Elles ont l’air superbes, en belle glace bleue mais encore bien lointaines. A vue de nez, encore 1 bonne heure pour en atteindre le pied pour les deux de tête… Pour les autres, ça sera encore plus long…. Le demi-tour est décidé. D’autant plus que des avalanches de fonte commencent à partir dans la face Sud qui domine notre trace. Les coulées restent certes à distance, mais les pentes se transforment sous l’effet du franc soleil. A la descente Benoît et Fred profitent enfin de leurs skis pour enchainer quelques virages. D’autant plus que la neige reste bonne à skier à cette altitude.

Un peu plus bas, à l’abri des purges, une rapide pause casse-croute (merci Didier) suivie de quelques heures de marche encore nous font revenir au gite vers 16h00. 

La journée se solde par un nouveau but après celui de l’année passée sur ce même objectif… Mais la balade en raquette était vraiment jolie et valait la peine à elle seule.

Pour les plus motivés, c’est décidé, l’année prochaine, le confort du gite sera remplacé par un bivouac au pied des cascades…  Au moins le jour J, pas de marche d’approche.

Nous ne nous laissons pas abattre pour autant. Le soir autour d’un bon verre de vin, nous déterminons l’objectif du lendemain. Exit Ceillac, exit Aiguilles. On a dit plus de marche d’approche, mais quand même. Les Orres pourquoi pas, mais déjà fait l’année passée. Décision est prise finalement d’aller visiter les cascades de Crévoux.

Dimanche matin, 7h30, parking du stade de fond de Crévoux. Approche beaucoup plus facile cette fois, c’est fléché et damé (ou presque)… au moins sur les trois premiers quarts du chemin qui nous mène à la cascade du Razis au fond de la vallée de Crévoux… Après 1h15 de marche dont une petite vingtaine de minutes de brassage dans une épaisse couche de neige pour nous (r)échauffer, nous arrivons au pied des cascades. Royal. La falaise pour nous tous seuls… Les cascades bien formées avec de la bonne glace, quoique certains free-standing sont déjà tombés. De quoi faire de belles longueurs sur les 5 ou 6 lignes qui se dessinent devant nous. Sans pour autant avoir de quoi faire deux longueurs quand même.

Les grimpeurs de tête se chargent de poser les cordes en moulinette. Pour mon cas, l’installation du relais est un peu pénible, surtout pour Magali qui se gèle à m’assurer. La lunule, les deux pieds sur terre, ça va toujours bien… Pendu dans le baudrier, les deux trous ne tombent jamais en face…

Nous passons la journée à tester toute les lignes de la zone, sur des longueurs de 15 à 20/25 mètres et de difficultés allant jusqu’au grade 4 ou 4+ environ (ici pas de bassines et de marches comme à Ceillac)… La glace est super à grimper, et je crois pouvoir dire que tout le monde s’est bien régalé.

Vers 15h00, c’est la débâcle qui commence. Les purges qui se cantonnaient aux couloirs les plus éloignés de notre falaise se rapprochent dangereusement. Il va nous falloir battre en retraite façon retraite de Russie… Etrange comme nous sommes plusieurs à lever les yeux vers les pentes qui nous surplombent juste quelques secondes avant que la coulée de neige n’arrive. Et juste à temps pour prévenir les autres de se mettre à l’abri… une forme de 6ème sens certainement. 

Ce n’était qu’une mini-coulée, mais elle nous indique clairement qu’il est temps de démonter rapidement toutes les longueurs pour récupérer le matériel et plier bagage sans trop trainer… Encore une bonne heure de marche dans la neige molle pour rejoindre les voitures, en plein soleil, à entendre les purges de ci, de là balayer la face au loin.

Dimanche 17h00, la sortie CAF se termine comme elles se terminent toutes et comme elles devraient toutes se terminer de toute façon, pour le plus grand bien de tous,… au bar du coin à boire une bière…

Reste quelques heures de route pour rentrer et penser aux weekends suivants !

Un grand merci à tous pour le weekend, déjà partant pour le bivouac hivernal en 2017

 

CLUB ALPIN FRANCAIS AVIGNON ET VAUCLUSE
3 RUE SAINT MICHEL
84000  AVIGNON
Contactez-nous
Tél. 04 90 82 66 17
Permanences :
jeudi 18h30 à 20h30
Agenda