Carnet de route

Fin d'automne autour du Brec

Le 16/12/2017 par JC Brun

L'automne n'a pas encore égrainé ces dernières journées que nous nous retrouvons en Haute Ubaye pour 2 jours de ski de Rando autour du Brec. Pour certains d'entre nous, c'est une première course cette saison, pour d'autres, chutes de neige précoces aidant, ils ont déjà 3 weekend d'activité derrière eux...Grrrr!

Les conditions de circulation "compliquées" pour rejoindre le 04 et l'Ubaye ne nous ont pas permis  d'atteindre Fouillouse avant 12h30. Les 10 derniers Kilomètres de route viennent à peine d'être dégagés. Ambiance blanche ,  grand beau et température largement négatives  sont au rendez vous. On est en automne et on rentre en "hiver"!

 

 Nous sommes en retard sur les prévisions d'horaire  et nous nous mettons rapidement en marche après avoir avalé quelques graines...

La première étape doit nous conduire au refuge du Brec via le pas de la Couletta. Rien d'énorme au niveau dénivelé, mais les journées n'étant pas des plus longues, il serait plutôt raisonnable de ne pas arriver au refuge à la frontale... Alors GO, DVA contrôlés nous quittons Fouillouse et nous nous élevons tranquillement sous les mélèzes.

C'est du "Samivel" dans le texte... Du blanc immaculé autour et une trace au milieu. C'est beau!

Nous nous relayons pour tracer, et même si chacun y met du sien pour le faire  raisonnablement tant au niveau du rythme que du degré dans la pente, on sent déjà que certains ont de l'énergie à revendre...

La montée se passe sans problème, et nous gagnons le pas de la Couletta battu par le vent. Retrait des peaux, chaussures basculées  en position descente et on plonge sans trainer vers  le refuge situé 200 m plus bas.

Ah,..., les joies des neiges légères, froides et sans grande consistance. Elles sont piégeuses, et il faut redoubler de prudences pour éviter pierres affleurantes ou traitreusement cachées sous quelques cm de neige. Inévitablement ça fini par accrocher et plouf!

 

 On pousse la porte du refuge, dehors, il doit faire -15 et  le soleil n'éclaire plus que les hautes cimes.  Dedans il fait presque bon,..., le thermomètre indique - 5!

Après 2 tentatives, le poêle se met à "ronronner", il est temps de faire fondre de la neige pour préparer soupes et autres agapes lyophilisées . Vers 20h quand le dernier d'entre nous regagne le dortoir, la température à l'intérieur du refuge frôle les -1. On sera bien emmitouflé sous les couettes à disposition.

La nuit est réparatrice, elle ressemble à une "séance de fractionné", mais elle est réparatrice.

Nous quittons le refuge vers 8h et  nous nous élevons dans l'ombre du Brec en direction du col de Gypières pour le franchir,  basculer versant italien et revenir ensuite sur l'Ubaye par le col de Stroppia. Le vent a soufflé fort toute la nuit et ne s'est pas calmé avec  le lever du jour. Il fait très froid et le ressenti doit avoisiner  les -20.

Les premières sorties de la saison servent à s'y remettre doucement, c'est le tour de chauffe , on est en mode rodage. Elles servent aussi à tester le nouveau matériel ou à ré-éprouver l'ancien.  

Nous sommes sous les pentes du col de Gypières quand l'un d'entre nous rencontre des problèmes avec ses peaux qui refusent de coller. Après plusieurs tentatives et rien n'y faisant, l'heure tournant,  nous décidons de faire demi-tour et de repartir en direction de la vallée.

La descente est alors un pur bonheur, chacun laissant sa trace dans une neige légèrement tassée mais très légère et agréable à skier.

 

Nous nous séparons heureux de ces 2 jours en altitude qui en appellent d'autres.

Le voyage autour du Brec sera à compléter une prochaine fois. Si l'hiver qui arrive est aussi prometteur que l'automne qui se termine, nous devrions en avoir l'occasion...

 

Je ne peux conclure ces lignes sans écrire quelques mots sur ce qui se passait ce même weekend au col de l'Echelle au dessus de Névache. Des professionnels de la montagne sont partis à la rencontre de réfugiés, de migrants, enfin juste d'Hommes, qui , au péril de leur vie et malgré une méconnaissance total de ce milieu et des conditions hivernales  tentent  de rejoindre un "monde meilleur". Je pense à eux et aux souffrances qu'ils ont endurées dans le désert saharien, au large des côtes libyennes ou encore là, dans nos montagnes! Ces montagnes qui sont notre terrain de jeu, et qui deviennent pour eux et sous nos yeux, un terrain de survie!

JC

CLUB ALPIN FRANCAIS AVIGNON ET VAUCLUSE
3 RUE SAINT MICHEL
84000  AVIGNON
Contactez-nous
Tél. 04 90 82 66 17
Permanences :
jeudi 18h30 à 20h30
Agenda