Carnet de route

WILDERNESS EN UBAYE

Le 05/08/2018 par SILVE francoise

Le GR 56 , tour de l' Ubaye prend son nom de la rivière torrentielle dont il parcourt la ligne de crête exterieure , region montagneuse des Alpes du Sud traversée par quelques beaux sommets : grande et petite Seolane , Mont Pelat , Brec du Chambeyron.

Le tour proposé en autonomie "complète " sur 8 jours , nous demandait une bonne condition physique ( 9 cols à passer, 7 à 8000 m de denivelé cumulé ) et surtout de nous debarrasser du "superflu" pour se contenter de l'indispensable vital : abris /tente, nourriture, protection contre le froid .

Nous debutons notre trek à Meolans par une montée matinale dans les forets de mélèzes nous menant au col Seolane ( 2273m) pour redescendre sur l'agréable vallon du Laverq ( 1574m ) avec son abbaye construite au XIIe siecle par des moines batisseurs . Notre objectif est de franchir le col de Sestrières ( 2461m ) mais la météo capricieuse nous oblige à bivouaquer 200 m en dessous .

le lendemain matin, le ciel degagé nous permet de basculer sur le col d' Allos ,le col de la Cayolle, puis , par un beau sentier en balcon , de cheminer jusqu'au col du Petit Tallon ( 2678 m ), nous evitant ainsi la traversée betonnée de la station d' Allos . Nous plantons la tente dans un vallon verdoyant, au pied du rocailleux Cimet (3020m), juste avant que l'orage eclate. Je goute au plaisir de m'endormir sous mon abri en entendant au loin les grondements du tonnerre.

Le 3e jour, après une descente sur Bayasse et son refuge qui n'en "merite " même plus le nom (plutôt etape pour touristes en voiture...), nous remontons sur le col de Moutières (2454m) et de la Colombières (1631m) en nous approchant de la frontière italienne où quelques citadelles d' altitude nous observent . Apres une pause à Bousieyas , la remontée au col des Fourches est moins fastidieuse que prevu (pause-coca providentielle ), nous plantons nos tentes legères (la mienne :1.6 kg) à coté d'un ruisseau . Je garde un vif plaisir de me " baigner " dans les eaux fraiches de ces torrents en plus de m' adapter ainsi à l' ethique de ce trek .

Mon sac à dos s'allège au fur et à mesure des jours ( 7 jours de nourriture seulement ) , mes repas du soir sont les plus caloriques (600 à 700 calories par ration ) constitués de goûteux melanges déshydratés .

Pour le 4e jour , le celèbre " Pas de la Cavale" ( 2671m, cavale de cavalerie ou cavale de fuite ? ) nous attend à la fraiche , pour passer des Alpes de Haute Provence dans les Alpes Maritimes . Enfin ...quelques chamois nous guettent du haut du rocher des trois Evêques . La vue est degagée, superbe , l' univers mineral .

La belle descente sur Larche par le lac du Lauzannier nous replonge dans l'ambiance très frequentée des sentiers montagnards accessibles au grand plublic . Et c'est avec un réel plaisir que nous quittons cette vallée bruyante pour remonter dans la solitude du col de Mallemort (2558m). L' orage gronde encore (c'est la routine !!!) et nous nous refugions pour une nuit insolite dans les baraquements desaffectés de Viraysse. Ancienne garnison abandonnée en 1945, ces batiments isolés hebergeaient les unités mobiles des chasseurs alpins chargés d'effectuer des missions de reconnaissance dans le secteur. La vue est grandiose sur les sommets environnants dans une solitude de "desert des tartares".

Après cet univers mineral et desolé , nous redescendons le lendemain par l'acceuillant col du Vallonnet (2524m) puis par Fouillouse, et ses cadrans solaires...mais aussi ses parkings de voitures . Le ciel est très chargé en cette fin de matinée du 5e jour et une grosse pertubation metéo sur le quart sud-est nous oblige à interrompre notre trek  nous privant , ainsi, de la traversée du Fort de Tournoux , dernière etape par le col de la Pare puis Meolans .

 Cette première experience de trek en autonomie m' a vraiment seduite par son approche  sportive (7 à 8 h en moyenne de marche sans precipitation) et sauvage ( nous avons rencontré seulement 7 à 8 marcheurs qui faisaient ce GR). L' Ubaye est un territoire de contraste : alternance de vallons verdoyants et de deserts caillouteux, alternance aussi de vegetation mediterranéenne : lavande sauvage et flore alpine: edelweiss. C'est aussi une region chargée d' histoire .
L' experience de la randonnée en autonomie m'a permis de faire une parenthèse de liberté dans mon rythme de vie parfois effréné .Ce fut aussi une derobade à mon confort de vie,mais surtout un depassement physique et moral , un bonheur de me ressourcer en mettant un pied devant l'autre dans l'immensité des montagnes .







CLUB ALPIN FRANCAIS AVIGNON ET VAUCLUSE
3 RUE SAINT MICHEL
84000  AVIGNON
Contactez-nous
Tél. 04 90 82 66 17
Permanences :
jeudi 18h30 à 20h30
Agenda